L’écotourisme, plus communément appelé le tourisme vert, a été employé en 1983 par l’architecte mexicain Hector CEBALLOS-LASCURAIN. Il met en lien les termes écologie et tourisme, pour favoriser des activités centrées sur la découverte de la nature et des sites historiques, avec un faible impact sur l’environnement et qui soient bénéfiques pour les hôtes.

On parle même de plus en plus de « slow tourisme » qui constitue une chance pour Salernes dans cette nouvelle pratique touristique.

D’ailleurs, selon Françoise Dumont, présidente de Var tourisme, « les vacanciers réclament de plus en plus des escapades vertes et respectueuses de l’environnement » .1

Le Var, premier département touristique de la région Sud en termes de part de marché, se caractérise également par une répartition saisonnière du tourisme plus importante qu’ailleurs. « Seuls 57 % des visiteurs dans le Var (en terme de nuitées) sont là en été. Tous les autres viennent le reste de l’année ».1

Ces nouvelles activités et pratiques « slow life » se développent, aussi bien au niveau des hébergements insolites (yourtes, cabanes dans les arbres,…) qu’au niveau des activités natures centrées sur la promenade, le bien-être, le yoga,… tout ce qui permet d’échapper à certains stress quotidiens.

Salernes Renouveau a le projet de soutenir et d’inciter le développement de ces activités attrayantes dans notre village…

1 Extraits de l’interview de Françoise Dumont dans le Var Matin du 23 janvier 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *